Installation "Ensauvagement ou dédomestication?"
Lin, mobilier issu de récupération - 260x220x350h

Des rhizomes envahissant l'intérieur de la maison ne sont de toute évidence pas à leur place. Est-ce à dire qu'ils occupent cet espace parce que le leur aurait été envahi?

Le végétal parcourt les murs depuis la fenêtre de toit dont il est issu. Il parvient jusqu'à un radiateur puis à l'espace de repas qu'il recouvre totalement. 
Il a donc confisqué le moyen de se chauffer, de boire et de manger avec cette table dressée, inutilisable. Chercherait-il par là à nous questionner sur le climat, les ressources en eau et nourriture?
Est ce que les places et espaces, pour le végétal, l'animal et l'humain répartis tels qu'ils le sont aujourd'hui sont justes ? 

Les recouvrements de lin posent en outre une ambiguïté visuelle : l'élément est végétal mais il pourrait tout aussi bien être animal. Le traitement effectué cherche une (ré)union du Vivant : une fourrure végétale, des objets velus à la table d'un humain.

Installation "Où pondre ?"

Lin, capsules d'œufs de raie - 280h x 120l x 110p


On perçoit à distance ce qui pourrait être une colonie animale s'avançant dans un espace qui n'est pas le sien. Voici qui pourrait produire une certaine crainte, lorsque l'animal est transposé à l'intérieur de la maison, au sein de l'abri humain, les signaux "danger" s'activent. 


A y regarder de plus près on comprend qu'il s'agit de capsules contenant les œufs de raie : des abris vidés de leurs occupants.

De même que le lin employé pour symboliser les rhizomes dans l'installation "Ensauvagement ou dédomestication?ces poches sont fragiles. Les rhizomes ne sont pas des racines ancrées, ils sont en surface, posés, légers, comme ces capsules qu'un souffle peut renverser. 

Ce qui, au premier abord dans ces deux installations peut éventuellement provoquer une crainte est en fait éminemment fragile comme le sont les écosystèmes. 

Le lin, les racines...

Les racines ont des écorces aussi - 100 x 140

Les racines ont des écorces aussi - 100 x 140

En plein soleil - 120 x 105

Variation autour du bœuf écorché - lin - 70 x 130

 Promenons-nous dans le bois - Série Abris,  Lin et paille
Installation de dimension variable pouvant couvrir plusieurs mètres carrés

 Série Abris, De ceux qui protègent et qui tuent. 

Installation in situ, bunker Saint Aubin sur Mer 76

Partir de la matière.
De la matière d'ici. Et ici, c'est le lin.
A l'atelier, sentir ce qu'il a à me dire : légèreté, douceur, volutes...
Je l'ai tissé à ma manière de plasticienne, sur plusieurs mètres, plusieurs fois.
Il est devenu voile, broderie.
Partir de la matière,
Douce et légère et la confronter.
A l'épreuve de l'âpreté, de la dureté
Elle se révèle, plus encore. 

 Installation  - Filasse de lin travaillée façon broderie

Sculpture en terre cuite



Le cocon - 280x160x130
Installation château de Silleron (76)
Lianes de chèvrefeuille sauvage d'Ailly, lin, bois, acier recyclé

J'articule mes créations autour de la notion d'abri. Un cocon, un abri pour protéger et célébrer le Vivant.


Le cocon - 280x160x130
Installation château de Silleron (76)
Lianes de chèvrefeuille sauvage d'Ailly, lin, bois, acier recyclé

J'articule mes créations autour de la notion d'abri. Un cocon, un abri pour protéger et célébrer le Vivant.


Série Abris
Lin, bois et cadeaux de la marée. Diam 160
Chapelle du château de Silleron (76)


Série Symbiose des vivants
"A qui appartiennent les bois ?" - 150x160


Série Abris
Lin, bois et cadeaux de la marée. Diam 160
Chapelle du château de Silleron (76)

 Installation racinaire
------------

Racines, Installation In situ
Parc des carrières, Fontenay-sous-bois, 2020.
Installation de six mètres de long.

Un autre système racinaire créé à partir de bois de plage - notamment pour son imputrescibilité - relié par du fil rouge pour 

recréer, par la symbolique, les liens nourriciers. 

Installation pour un écho aux échanges racinaires des arbres qui communiquent souterrainement entre eux.